Au dernier CES, la grand-messe des innovations technologiques de Las Vegas, le nom de Mojo Vision courrait sur toutes les lèvres. Et pour cause : cette société californienne a développé un prototype intégrant les dernières avancées de ce qu’elle appelle « l’informatique invisible ». En clair, il s’agit de transformer les lentilles de contact en interfaces d’informations intelligentes. « Nous sommes parvenus à intégrer un écran, un capteur-photo et une puce de communication sans fil, tous microscopiques », a confié Steve Sinclair, le vice-président de cette société américaine à la presse internationale. Dans un communiqué, Mojo Vision affirme en effet avoir implanté dans une lentille « l’affichage dynamique le plus petit et le plus dense jamais créé ». Positionné au-dessus de la pupille, l’écran dont il est question aurait, par exemple, une résolution de 14 000 pixels par pouce… 

Fruit de cinq années de recherches et développement, cette technologie viserait avant tout, à terme, à permettre aux malvoyants de retrouver une certaine autonomie visuelle. Le stabilisateur d’image, autrement dit le capteur-photo intégré, leur donnerait la possibilité de zoomer sur certains détails et d’affiner le rendu visuel à travers différentes variations de contrastes, de nuances et de couleurs… Au-delà des déficients visuels, Mojo Vision espère, un jour, offrir à tous les porteurs de ce type de lentilles bien des fonctionnalités que comportent actuellement nos... smartphones : consultation des mails, réception de notifications des réseaux sociaux, affichage de trajets GPS, etc. D’ici là, il faudra bien du temps encore pour miniaturiser de façon optimale toutes ces technologies embarquées prometteuses. Et ce en respectant évidemment l’intégrité totale de l’oeil et la question des usages sur fond de vie privée…

Pour recevoir les dernières infos, inscrivez-vous à notre newsletter