Pour ce nouvel article je vous propose un parallèle entre le merchandising des officines de pharmacie et celui des magasins d’optique. Ces deux types de distributeurs proposent à la fois des produits vendus sur ordonnances et des produits en libre accès. Pour ces derniers, c’est d’un côté toute la parapharmacie et, de l’autre, les accessoires et la contactologie.

Dans les pharmacies, l’offre est très large avec une grande variété de gammes de produits : para, beauté, soins, hygiène, cheveux, bébé, seniors… Dans les magasins d’optique, l’offre est bien moins variée et essentiellement répartie entre montures hommes, femmes, enfants et les solaires. La place attribuée aux accessoires en libre-service et à la contactologie est réduite mais souffre surtout d’une absence de mise en valeur. Or n’est-ce pas là une source de chiffre d’affaires complémentaire grâce aux achats d’impulsion ?

Certes, aujourd’hui, les gammes d’accessoires dans l’optique sont assez peu diversifiées (cordons, étuis…) mais surtout, leur mise en avant n’est pas optimale. S’ils sont le plus souvent positionnés à proximité du comptoir dédié aux encaissements, leur théâtralisation est encore trop timide voire inexistante. Et puis, le gros de l’attente n’est-il pas au moment des essais de montures et pendant toute la durée où l’opticien procède aux formalités (bon de commande, dossier pour la mutuelle…) ? Ne serait-il alors pas stratégique de rapprocher les présentoirs à accessoires à proximité des comptoirs-conseils ? A méditer…

 

Ex-directeur pendant huit ans du Popai France, association professionnelle qui promeut le marketing au point de vente, Éric Carabajal est désormais à la tête de Écrits et COMpagnie où il met à profit son expérience du marketing, de la communication et du retail.